Vaccin contre l’hépatite B

Pourquoi se faire vacciner?

L’hépatite B est une maladie grave qui touche le foie. Elle est causée par le virus de l’hépatite B. Le virus de l’hépatite B peut provoquer une maladie légère pouvant durer quelques semaines, ou peut mener à une maladie grave et permanente.

L’infection par le virus de l’hépatite B peut être aiguë ou chronique.

L’infection aiguë par le virus de l’hépatite B est une maladie de courte durée qui se produit dans les 6 premiers mois suivant l’exposition au virus. Elle peut mener à:

  • fièvre, fatigue, perte d’appétit, nausées et / ou vomissements
  • jaunisse (jaunissement de la peau ou des yeux, urines foncées, selles décolorées)
  • douleurs musculaires, articulaires et intestinales

L’infection chronique par le virus de l’hépatite B est une maladie de longue durée qui se produit lorsque le virus demeure dans le corps d’une personne. La plupart des personnes qui développent par la suite une hépatique B chronique n’ont pas de symptômes, mais cette maladie est néanmoins très grave et peut mener à:

  • des lésions du foie (cirrhose)
  • un cancer du foie
  • la mort

Les personnes infectées de manière chronique peuvent transmettre le virus de l’hépatite B, même si elles ne se sentent pas malades ou n’ont pas l’air de l’être. Jusqu’à 1,4 millions de personnes aux États-Unis sont susceptibles d’être atteintes d’une infection chronique par le virus de l’hépatite B.

Environ 90% des nourrissons qui sont infectés par le virus de l’hépatite B développent une infection chronique, et parmi eux 1 sur 4 décède.

L’hépatite B est transmise lorsque du sang, du sperme ou un autre fluide corporel infecté par le virus de l’hépatite B pénètre dans le corps d’une personne qui n’est pas infectée. Une personne peut être infectée par le virus lors de:

  • La naissance (un bébé dont la mère est infectée peut être infecté lors de la naissance ou après celle-ci)
  • Partage de certains objets tels qu’un rasoir ou une brosse à dent avec une personne infectée
  • Contact avec le sang ou une plaie ouverte d’une personne infectée
  • Rapports sexuels avec un ou une partenaire infecté(e)
  • Partage d’aiguilles, seringues ou autre matériel utilisé pour l’injection de drogue
  • L’exposition au sang issu de piqûres d’aiguille ou d’autres instruments pointus

Chaque année, environ 2 000 personnes aux États-Unis décèdent de maladies du foie liées à l’hépatite B.

Le vaccin contre l’hépatite B peut prévenir l’hépatite B ainsi que ses conséquences, dont le cancer et la cirrhose du foie.

Vaccin contre l’hépatite B

Le vaccin contre l’hépatite B est produit à partir de certains éléments du virus de l’hépatite B. Il ne peut pas provoquer d’infection au virus de l’hépatite B. Il est généralement administré sous forme de 3 ou 4 injections sur une période de 6 mois.

Les nourrissons doivent habituellement recevoir leur première dose du vaccin contre l’hépatite B à la naissance et finir la série d’injections à l’âge de 6 mois.

Tous les enfants et adolescents âgés de moins de 19 ans et n’ayant pas encore reçu le vaccin doivent également se faire vacciner.

Le vaccin contre l’hépatite B est recommandé chez les adultes non vaccinés à risque d’infection par le virus de l’hépatite B, dont:

  • Les personnes dont les partenaires sexuel(le)s sont atteint(e)s d’hépatite B
  • Les personnes sexuellement actives qui ne sont pas engagées dans une relation monogame de longue durée
  • Les personnes souhaitant être évaluées ou traitées pour une maladie sexuellement transmissible
  • Les hommes qui ont des contacts sexuels avec d’autres hommes
  • Les personnes qui partagent des aiguilles, des seringues ou un autre matériel utilisé pour l’injection de drogue
  • Les personnes ayant des contacts avec une personne infectée par le virus de l’hépatite B au sein du même foyer
  • Les personnes qui travaillent dans le domaine de la santé ou de la sécurité publique à risque d’exposition au sang ou aux fluides corporels
  • Les résidents et le personnel d’établissements destinés aux personnes présentant des troubles du développement
  • Les personnes incarcérées
  • Les victimes d’agression ou d’abus sexuel
  • Les personnes voyageant dans des régions présentant une incidence accrue d’hépatite B
  • Les personnes atteintes de maladie chronique du foie, de maladie rénale, d’infection par le virus du VIH ou de diabète
  • Toute personne souhaitant être protégée contre l’hépatite B

Le fait de recevoir le vaccin contre l’hépatite B en même temps que d’autres vaccins ne comporte aucun risque connu.

Certaines personnes ne devraient pas recevoir ce vaccin

Vous devez indiquer à la personne administrant le vaccin:

  • Si la personne recevant le vaccin présente des allergies graves et potentiellement mortelles. Si vous avez déjà développé une réaction allergique potentiellement mortelle après une dose de vaccin contre l’hépatite B, ou si vous souffrez d’une allergie grave à l’un de ses composants, il pourra vous être conseillé de ne pas vous faire vacciner. Si vous souhaitez obtenir des informations au sujet des composants du vaccin, demandez à votre professionnel de santé.
  • Si la personne recevant le vaccin ne se sent pas bien. Si vous avez une maladie qui n’est pas grave, comme un rhume, vous pouvez généralement être vacciné(e) le jour même. Si vous êtes modérément ou gravement malade, vous devez généralement attendre d’être guéri(e). Votre médecin peut vous conseiller.

Risques de réaction au vaccin

Tous les médicaments, y compris les vaccins, présentent un risque d’effets indésirables. Ils sont généralement peu graves et disparaissent spontanément, mais des réactions graves sont également possibles.

La plupart des personnes qui reçoivent le vaccin contre l’hépatite B ne rencontrent aucun problème. Les problèmes mineurs suite à une vaccination contre l’hépatite B comprennent:

  • douleur au site d’injection
  • température de 37,7 °C (99,9 °F) ou plus élevée

Si ces problèmes surviennent, ils se manifestent généralement peu après l’injection et durent 1 ou 2 jours.

Votre médecin peut vous parler de ces réactions plus en détail.

Autres problèmes pouvant se produire après cette vaccination:

  • Il arrive que certaines personnes se sentent mal après une intervention médicale, y compris une vaccination. Rester en position assise ou allongée pendant 15 minutes après la vaccination peut contribuer à éviter une perte de conscience et des blessures dues à une chute. Informez le personnel de santé si vous êtes pris(e) de vertiges ou si vous présentez des troubles de la vision ou un sifflement dans les oreilles.
  • Certaines personnes ressentent une douleur au niveau de l’épaule qui peut être plus sévère et durer plus longtemps que la douleur habituelle pouvant se produire après les injections. Cela se produit très rarement.
  • Tout médicament peut provoquer une réaction allergique grave. Ces réactions dues à un vaccin sont très rares, estimées à environ 1 réaction sur un million de doses, et se produiraient dans les quelques minutes à quelques heures suivant la vaccination.

Comme avec tous les médicaments, il existe un très faible risque que le vaccin cause des lésions graves, voire le décès. La sécurité d’emploi des vaccins fait toujours l’objet d’un suivi.

Que faire en cas de réaction modérée ou grave?

Quels sont les symptômes à surveiller?

Tout symptôme inhabituel tel qu’une grave réaction allergique ou une forte fièvre. En cas de réaction allergique grave, celle-ci se produira dans les quelques minutes ou les quelques heures suivant l’injection.

Les signes d’une réaction allergique grave peuvent inclure:

  • difficultés respiratoires
  • faiblesse
  • enrouement
  • respiration sifflante
  • accélération du rythme cardiaque
  • urticaire
  • vertiges
  • pâleur
  • gonflement au niveau de la gorge.

Que faire?

Si vous pensez qu’il s’agit d’une réaction allergique grave ou d’une autre urgence qui ne peut pas attendre, appelez le service d’urgence local ou emmenez la personne à l’hôpital le plus proche.

Sinon, appelez votre médecin.

Sources

Adapté de Immunization Action Coalition, Déclaration d’information sur les vaccins