Vaccin contre le zona

Qu’est-ce que c’est le zona?

Le zona est une éruption cutanée douloureuse, souvent accompagnée de vésicules. Il est aussi connu sous le nom d’herpès zoster.

L’éruption se manifeste la plupart du temps sur un côté du visage ou du corps et dure deux à quatre semaines. Le zona est le plus souvent marqué par des douleurs, parfois très fortes. Les autres symptômes peuvent inclure fièvre, maux de tête, frissons et maux d’estomac. Dans des cas plus rares, cette infection peut être à l’origine de pneumonies, de troubles de l’audition, de cécité,
d’une inflammation cérébrale (encéphalite), voire entraîner le décès.

Chez une personne sur cinq environ, les douleurs peuvent persister longtemps après la disparition de l’éruption. Cette complication porte le nom d’algie post-zona.

Le zona est dû au virus varicelle-zona, également responsable de la varicelle.

Il se manifeste uniquement chez les personnes qui ont déjà contracté la varicelle ou, plus rarement, chez celles déjà vaccinées contre le zona. Le virus reste quiescent dans l’organisme et peut mettre plusieurs années avant de se réactiver sous la forme d’un zona.

Le zona n’est pas contagieux. Il est néanmoins possible, à son contact, de contracter la varicelle si on ne l’a jamais eue ou si l’on n’a pas été vacciné. Mais de tels cas restent assez rares.

La prévalence du zona est plus forte chez les personnes âgées de 50 ans que chez les jeunes. Il touche aussi particulièrement les personnes immunodéprimées souffrant de maladies comme le cancer, sous chimiothérapie ou qui suivent un traitement à base de stéroïdes.

Chaque année, on recense pas moins d’un million de nouveaux cas de zona aux États-Unis.

Vaccin contre le zona

En 2006, un vaccin contre le zona a obtenu une autorisation de mise sur le marché. Les essais cliniques ont montré sa capacité à réduire de moitié le risque de contracter un zona et à atténuer les douleurs en cas de zona malgré la vaccination. Chez les personnes âgées de 60 ans et plus, une seule injection est préconisée.

Certaines personnes ne doivent pas se faire vacciner contre le zona ou doivent attendre

Le vaccin contre le zona est à proscrire chez:

  • toute personne ayant développé une réaction allergique potentiellement mortelle à la gélatine, à l’antibiotique néomycine ou à tout autre composant du vaccin contre le zona. Informez votre médecin si vous souffrez de graves allergies, quelles qu’elles soient.
  • toute personne immunodéprimée par:
    • le SIDA ou toute autre maladie touchant le système immunitaire,
    • un traitement qui diminue les défenses immunitaires, comme la prise prolongée de stéroïdes à dose élevée,
    • les traitements contre le cancer tels que la radiothérapie ou la chimiothérapie,
    • les cancers touchant la mœlle osseuse ou le système lymphatique, comme la leucémie ou le lymphome.
    • les femmes enceintes ou susceptibles de l’être. Les femmes doivent éviter de tomber enceinte dans les quatre semaines suivant la vaccination contre le zona.

Les affections bégnines, comme les rhumes, n’empêchent pas la vaccination. En revanche, il est recommandé d’attendre la fin d’une affection aiguë modérée ou grave pour se faire vacciner. Cette recommandation s’applique en cas de température égale ou supérieure à 38,5 °C.

Quels sont les risques liés au vaccin contre le zona?

Un vaccin, comme tout médicament, peut être à l’origine de complications, telles qu’une grave réaction allergique. Toutefois, le risque qu’un vaccin entraîne une réaction grave ou le décès est infime.

Aucun problème grave n’a jusqu’ici été attribué au vaccin contre le zona.

Problèmes bénins

  • Rougeurs, douleurs, gonflements ou prurit au site d’injection (environ une personne sur trois).
  • Maux de tête (environ 1 personne sur 70).

À l’instar de tous les vaccins, le vaccin contre le zona fait l’objet d’un suivi approfondi pour détecter tout problème inhabituel ou grave.

Que faire en cas de réaction modérée ou grave?

Quels sont les symptômes à surveiller?

Tout symptôme inhabituel tel qu’une grave réaction allergique ou une forte fièvre. En cas de réaction allergique grave, celle-ci se produira dans les quelques minutes ou les quelques heures suivant l’injection.

Les signes d’une réaction allergique grave peuvent inclure:

  • difficultés respiratoires
  • faiblesse
  • enrouement
  • respiration sifflante
  • accélération du rythme cardiaque
  • urticaire
  • vertiges
  • pâleur
  • gonflement au niveau de la gorge.

Que faire?

Si vous pensez qu’il s’agit d’une réaction allergique grave ou d’une autre urgence qui ne peut pas attendre, appelez le service d’urgence local ou emmenez la personne à l’hôpital le plus proche.

Sinon, appelez votre médecin.

Sources

Adapté de Immunization Action Coalition, Déclaration d’information sur les vaccins