Vaccin contre le PVH (Papillomavirus humain)

Pourquoi se faire vacciner?

Le vaccin contre le PVH prévient les infections aux types de papillomavirus humain (PVH) associés à de nombreux cancers, notamment:

  • le cancer du col de l’utérus chez la femme,
  • les cancers du vagin et de la vulve chez la femme,
  • le cancer de l’anus chez l’homme et la femme,
  • le cancer de la gorge chez l’homme et la femme, et
  • le cancer du pénis chez l’homme.

En plus de ces cancers, le vaccin contre le PVH prévient les infections aux types de PVH à l’origine de verrues génitales chez l’homme et la femme.

Aux États-Unis, environ 12 000 femmes contractent un cancer du col de l’utérus chaque année et environ 4 000 en meurent. Le vaccin contre le PVH permet d’éviter la plupart de ces cancers.

La vaccination ne remplace pas un dépistage du cancer du col de l’utérus. Ce vaccin ne protège pas contre tous les types de PVH qui sont responsables d’un cancer du col de l’utérus. Les femmes doivent continuer à effectuer régulièrement des tests de frottis vaginal.

L’infection par les PVH est généralement liée aux rapports sexuels, et la plupart des individus sont infectés au cours de leur vie. Environ 14 millions d’Américains, y compris les adolescents, sont infectés chaque année.

La plupart des infections disparaîtront d’elles-mêmes sans entraîner de problèmes graves. Mais des milliers de femmes et d’hommes contractent un cancer et d’autres maladies suite au PVH.

Vaccin contre le PVH

Le vaccin contre le PVH est approuvé par la FDA (Food and Drug Administration) et recommandé par les CDC (Centers for Disease Control and Prevention [centres américains pour le contrôle et la prévention des maladies]) pour les hommes et les femmes. Il est systématiquement administré à 11 ou 12 ans, mais le vaccin peut être administré entre 9 et 26 ans.

La plupart des adolescents âgés de 9 à 14 ans doivent également recevoir le vaccin contre le PVH sous forme d’une série de deux doses administrées à un intervalle de 6 à 12 mois. Les individus chez qui la vaccination est initiée à l’âge de 15 ans ou plus doivent recevoir le vaccin sous forme d’une série de trois doses; la deuxième dose devra être administrée 1 à 2 mois après la première, et la troisième 6 mois après la première.

Il existe plusieurs exceptions à ces recommandations relatives à l’âge d’administration. Votre professionnel de santé peut vous donner plus d’informations à ce sujet.

Certaines personnes ne doivent pas recevoir ce vaccin

Toute personne ayant présenté une réaction allergique grave (potentiellement mortelle) à la suite de l’administration d’une dose de vaccin contre le PVH ne doit pas recevoir une autre dose.

  • Toute personne souffrant d’une allergie grave (potentiellement mortelle) à un composant du vaccin contre le PVH ne doit pas recevoir le vaccin. Informez votre médecin si vous souffrez d’allergies graves connues, y compris une allergie grave à la levure.
  • Le vaccin contre le PVH n’est pas recommandé chez les femmes enceintes. Si vous apprenez que vous étiez enceinte au moment de la vaccination, vous n’avez nulle raison de craindre des complications pour vous ou votre bébé. Toute femme apprenant qu’elle était enceinte au moment de sa vaccination contre le PVH est encouragée à contacter le registre de vaccination contre le PVH du fabricant pendant la grossesse. Les femmes qui allaitent peuvent se faire vacciner.
  • Si vous avez une maladie qui n’est pas grave, comme un rhume, vous pouvez généralement être vacciné(e) le jour même. Si vous êtes modérément ou gravement malade, vous devez généralement attendre d’être guéri(e). Votre médecin peut vous conseiller.

Risques de réaction au vaccin

Tous les médicaments, y compris les vaccins, présentent un risque d’effets indésirables. Ils sont généralement peu graves et disparaissent spontanément, mais des réactions graves sont également possibles.

La plupart des personnes qui reçoivent le vaccin contre le PVH ne développent aucune réaction grave.

Problèmes légers ou modérés après la vaccination contre le PVH:

  • Réactions au niveau du bras où a été pratiquée l’injection:
    • Douleur (environ 9 personnes sur 10);
    • Rougeur ou gonflement (environ 1 personne sur 3)
  • Fièvre:
    • Légère (37,8 °C ou 100 °F) (environ 1 personne sur 10)
    • Modérée (38,9 °C ou 102 °F) (environ 1 personne sur 65)
  • Autres problèmes:
    • Maux de tête (environ 1 personne sur 3)

Problèmes pouvant se produire après toute injection de vaccin:

  • Il arrive que certaines personnes se sentent mal après une intervention médicale, y compris une vaccination. Rester en position assise ou allongée pendant 15 minutes après la vaccination peut contribuer à éviter une perte de conscience et des blessures dues à une chute. Informez votre médecin si vous êtes pris(e) de vertiges ou si vous présentez des troubles de la vision ou un sifflement dans les oreilles.
  • Certaines personnes éprouvent une douleur intense au niveau de l’épaule, et ont des difficultés à bouger le bras où l’injection a été administrée. Cela se produit très rarement.
  • Tout médicament peut provoquer une réaction allergique grave. Ces réactions dues à un vaccin sont très rares, estimées à environ 1 réaction sur un million de doses, et se produiraient dans les quelques minutes à quelques heures suivant la vaccination.

Comme avec tous les médicaments, il existe un très faible risque que le vaccin cause des lésions graves, voire le décès.

La sécurité d’emploi des vaccins fait toujours l’objet d’un suivi.

Que faire en cas de réaction modérée ou grave?

Quels sont les symptômes à surveiller?

Tout symptôme inhabituel tel qu’une grave réaction allergique ou une forte fièvre. En cas de réaction allergique grave, celle-ci se produira dans les quelques minutes ou les quelques heures suivant l’injection.

Les signes d’une réaction allergique grave peuvent inclure:

  • difficultés respiratoires
  • faiblesse
  • enrouement
  • respiration sifflante
  • accélération du rythme cardiaque
  • urticaire
  • vertiges
  • pâleur
  • gonflement au niveau de la gorge.

Que faire?

Si vous pensez qu’il s’agit d’une réaction allergique grave ou d’une autre urgence qui ne peut pas attendre, appelez le service d’urgence local ou emmenez la personne à l’hôpital le plus proche.

Sinon, appelez votre médecin.

Sources

Adapté de Immunization Action Coalition, Déclaration d’information sur les vaccins