Vaccin contre la poliomyélite

Pourquoi se faire vacciner?

La vaccination peut protéger les personnes contre la polio. La poliomyélite (ou polio) est une maladie causée par un virus. Elle se transmet principalement par contact d’une personne à une autre. Elle peut également se transmettre par consommation de nourriture ou de boissons contaminées par les selles d’une personne infectée.

La plupart des personnes infectées par le virus de la polio n’ont pas de symptômes, et beaucoup d’entre elles guérissent sans aucune complication. Parfois, cependant, les personnes qui sont infectées par le virus de la polio développent une paralysie (ne peuvent plus bouger leurs bras ou leurs jambes). La polio peut mener à un handicap permanent. Elle peut également causer la mort, le plus souvent en raison d’une paralysie des muscles utilisés pour la respiration.

Autrefois, la polio était très courante aux États-Unis. Elle provoquait la paralysie et la mort de milliers de personnes chaque année avant que le vaccin contre la polio ne soit introduit en 1955. Il n’existe pas de remède contre l’infection par le virus de la polio, mais la maladie peut être prévenue grâce à la vaccination.

La polio a été éradiquée des États-Unis. Néanmoins elle se produit toujours dans d’autres parties du monde. Sans la protection vaccinale, il suffirait d’une seule personne infectée par le virus de la polio venant d’un autre pays pour propager à nouveau la maladie aux États-Unis. Si les efforts pour éradiquer la maladie dans le monde portent leurs fruits, la vaccination contre la polio ne
sera un jour plus nécessaire. En attendant, nous devons continuer de faire vacciner nos enfants.

Vaccin contre la polio

Le Inactivated Polio Vaccine (IPV) (vaccin antipoliomyélitique inactivé) peut prévenir la maladie.

Enfants

La plupart des individus reçoivent le IPV dans leur enfance. Les doses du IPV sont généralement administrées à l’âge de 2, 4, 6 et 18 mois, puis à l’âge de 4 et 6 ans.

Le programme des vaccinations peut être différent pour certains enfants (dont ceux voyageant dans certains pays et ceux recevant le IPV dans le cadre d’une vaccination combinée). Votre professionnel de santé peut vous donner plus d’informations à ce sujet.

Adultes

La plupart des adultes n’ont pas besoin de recevoir le IPV car ils ont déjà été vaccinés contre la polio dans leur enfance. Mais certains adultes présentent un risque accru et doivent envisager de se faire vacciner contre la polio, dont:

  • les personnes voyageant dans certaines parties du monde
  • le personnel de laboratoire susceptible de manipuler le virus de la polio
  • les professionnels de santé qui traitent des patients susceptibles d’être atteints de polio.

Ces personnes adultes présentant un risque accru ont besoin de 1 à 3 doses du IPV, selon le nombre de doses qu’ils ont reçues par le passé. Le fait de recevoir le IPV en même temps que d’autres
vaccins ne comporte aucun risque connu.

Certaines personnes ne devraient pas recevoir ce vaccin

Vous devez indiquer à la personne administrant le vaccin:

  • Si la personne recevant le vaccin présente des allergies graves et potentiellement mortelles. Si vous avez déjà développé une réaction potentiellement mortelle après une dose du IPV, ou si vous souffrez d’une allergie grave à l’un de ses composants, il pourra vous être conseillé de ne pas vous faire vacciner. Si vous souhaitez obtenir des informations au sujet des composants du vaccin, demandez à votre professionnel de santé.
  • Si la personne recevant le vaccin ne se sent pas bien. Si vous avez une maladie qui n’est pas grave, comme un rhume, vous pouvez généralement être vacciné(e) le jour même. Si vous êtes modérément ou gravement malade, vous devez généralement attendre d’être guéri(e). Votre médecin peut vous conseiller.

Risques de réaction au vaccin

Tous les médicaments, y compris les vaccins, présentent un risque d’effets indésirables. Ils sont généralement peu graves et disparaissent spontanément, mais des réactions graves sont également possibles.

Certaines personnes vaccinées par le IPV ressentent une douleur au site d’injection. Le IPV n’a jamais causé de problèmes graves et la plupart des personnes ne rencontrent aucun problème.

Autres problèmes pouvant se produire après cette vaccination:

  • Il arrive que certaines personnes se sentent mal après une intervention médicale, y compris une vaccination. Rester en position assise ou allongée pendant 15 minutes après la vaccination peut contribuer à éviter une perte de conscience et des blessures dues à une chute. Informez votre médecin si vous êtes pris(e) de vertiges ou si vous présentez des troubles de la vision ou un sifflement dans les oreilles.
  • Certaines personnes ressentent une douleur au niveau de l’épaule qui peut être plus sévère et durer plus longtemps que la douleur habituelle pouvant se produire après les injections. Cela se produit très rarement.
  • Tout médicament peut provoquer une réaction allergique grave. Ces réactions dues à un vaccin sont très rares, estimées à environ 1 réaction sur un million de doses, et se produiraient dans les quelques minutes à quelques heures suivant la vaccination.

Comme avec tous les médicaments, il existe un très faible risque que le vaccin cause des lésions graves, voire le décès.

La sécurité d’emploi des vaccins fait toujours l’objet d’un suivi.

Que faire en cas de réaction modérée ou grave?

Quels sont les symptômes à surveiller?

Tout symptôme inhabituel tel qu’une grave réaction allergique ou une forte fièvre. En cas de réaction allergique grave, celle-ci se produira dans les quelques minutes ou les quelques heures suivant l’injection.

Les signes d’une réaction allergique grave peuvent inclure:

  • difficultés respiratoires
  • faiblesse
  • enrouement
  • respiration sifflante
  • accélération du rythme cardiaque
  • urticaire
  • vertiges
  • pâleur
  • gonflement au niveau de la gorge.

Que faire?

Si vous pensez qu’il s’agit d’une réaction allergique grave ou d’une autre urgence qui ne peut pas attendre, appelez le service d’urgence local ou emmenez la personne à l’hôpital le plus proche.

Sinon, appelez votre médecin.

Sources

Adapté de Immunization Action Coalition, Déclaration d’information sur les vaccins